10
mai
Par

Chez SPIE depuis 2013, Fanny Leberquier a été ingénieure en efficacité énergétique jusqu’en 2016. Promue responsable d’affaires, cette diplômée en génie climatique et énergétique (GCE) témoigne de ce métier en plein essor qui demande des compétences dont sont friandes les entreprises et collectivités.

  • En quoi consistait votre métier d’ingénieure en efficacité énergétique ?

« SPIE est le leader européen dans les services énergétiques. Ma mission comportait deux volets : l’avant-vente et l’accompagnement opérationnel des clients. J’étudiais les projets pour répondre aux appels d’offres de contrat de performance énergétique (CPE). Ce dispositif a été instauré en 2009 par la loi, suite au Grenelle de l’Environnement. Auparavant, ce type de contrat n’était pas autorisé par le code des marchés publics. C’est un contrat global avec le maître d’ouvrage (collectivités locales notamment) comprenant un engagement de notre part en matière de performance énergétique. Il inclut la conception, la réalisation, l’exploitation et la maintenance des installations. Nous fixons avec le client un objectif de performance énergétique, que nous devons respecter sous peine d’être pénalisés. J’ai par exemple piloté le projet de réponse à l’appel d’offres de la ville de Belfort pour les travaux et la maintenance des installations de 30 bâtiments communaux (bibliothèques, hôtel de ville,gymnase…). Remporté en 2015, il nous engage pour 9 ans. Cela a représenté un an de travail.

Mon autre mission est l’accompagnement de nos clients en matière d’économies d’énergie, pour remplacer les installations vétustes et proposer des solutions performantes, voire innovantes, au cas par cas : système de régulation, chaudière à haut rendement, pompe à chaleur, photovoltaïque…

  • Comment se partageait votre temps de travail ?

Je réalisais les études à mon bureau (80% du temps environ) et j’effectuais des visites de sites chez le client. J’avais en charge la région Grand Est. Ce poste nécessite un bon relationnel, car en tant que pilote de projet, je montais des réunions pour rassembler les compétences et chiffrer le montant des offres. C’est un travail d’équipe.

  • Qu’est-ce qui vous plaît dans l’exercice de votre métier ?

J’aime apporter de nouvelles solutions. Je sentais que les clients étaient en attente de ces compétences. J’étais très bien accueillie. C’était agréable.

  • Depuis janvier 2016, vous êtes responsable d’affaires. Quelles sont les évolutions de votre nouveau poste ?

J’avais envie d’être dans l’opérationnel et de découvrir le management. Je continue à mobiliser mes compétences en efficacité énergétique. Je suis les contrats de performance énergétique et manage une équipe de trois responsables contrats et de techniciens. J’apprends beaucoup tous les jours. Cela représente un plus gros défi.

  • Quel a été votre parcours pour parvenir à ce poste ?

J’ai obtenu le diplôme d’ingénieur GCE en 2013, par alternance, chez Cofély, comme ingénieure d’études au service commercial. L’alternance était un choix : c’était un moyen d’acquérir mon indépendance et de l’expérience professionnelle. Mon projet de fin d’études a justement consisté en l’étude d’un contrat de performance énergétique. Cette compétence était recherchée quand je suis entrée dans la vie active, j’avais plusieurs propositions d’embauche. Ce qui a fait la différence est cette expérience de trois ans grâce à l’alternance.

  • Auriez-vous un conseil pour les étudiants eu égard à votre expérience ?

Ne pas dévaloriser certains cours, car on voit leur utilité ensuite, dans la vie professionnelle. Par exemple, le cours de chimie des matériaux pouvait paraître éloigné, mais aujourd’hui j’;en ai besoin et je le mets en pratique chez mes clients. J’ai ressorti mon petit cahier (sourire).

Propos recueillis par Stéphanie Robert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par un *