25
avril
Par

Comme chaque année, les étudiants ingénieur de 4ème année organisent leur voyage technique : recherche de sponsors, recherche des visites, programmation, collectes de fonds, etc.

Cette année et après une décennie à arpenter les pays nordiques (Islande, Suède, Finlande, Danemark) : cap au sud vers le Portugal et son doux climat printanier.

La trentaine d’apprenants ingénieur accompagnés de Monica SIROUX (Professeur des Universités) et de Mathias CUNY (Doctorant-Moniteur) ont enchaîné les visites techniques du 3 au7 avril.

  • Visite du Lundi 03 Avril 2017 au musée de l’électricité

La délégation a d’abord visité le musée de l’Électricité  à Lisbonne : Bâtiment classé d’intérêt public, qui a abrité jusqu’à 1972, la centrale thermoélectrique Tejo, principale source d’életricité au Portugal jusqu’à l’arrivée de l’hydroélectricité.

Etudiants posant devant le musée.

La centrale a été édifiée sur les bords du fleuve Tage, dont les eaux sont chauffées jusqu’à l’état vapeur grâce à la chaleur fournie par la combustion du charbon. Cette vapeur fait tourner une turbine couplée à un alternateur afin d’obtenir un courant électrique à haute tension.

Les étudiants ont pu explorer les entrailles de cette centrale, convertie en musée en 1990 : il se compose principalement de deux grandes salles, abritant les chaudières et les machines. Il consacre en outre une exposition  aux scientifiques qui se sont penchés sur le phénomène physique de l’électricité,  et  propose des expériences ludiques autour du thème de l’électricité.

  • Visite du mardi matin : Centrale de trigénération

Dans la matinée, les étudiants ont pu visiter la centrale de trigénération alimentant le quartier du parc des nations (Parque das Nações), construite pour l’occasion de l’exposition universelle de Lisbonne de 1998 et toujours active après l’ouverture au public du quartier en 1999.

Photo du groupe à l’entrée de la centrale.

Cette centrale est gérée par le groupe Climaespaço, filiale d’Engie, et permet la production de chaud et de froid pour les réseaux urbains dédiés au quartier, ainsi que de l’électricité pour le réseau national.

Cette centrale est alimentée en gaz naturel dont la combustion permet la production de vapeur : vapeur qui permet la production de chaleur, mais aussi de froid à l’aide de machines frigorifiques à absorption.

Arrivée du gaz naturel.

La combustion du gaz naturel permet enfin d’alimenter des turbines à gaz et alternateurs pour produire l’électricité.

Schéma de principe de la centrale de trigénération.

Après des explications détaillées sur le fonctionnement de cette centrale et une visite exhaustive de ses différents équipements, nous avons pu visiter dans l’après-midi un immeuble raccordé au réseau urbain de chaud et de froid issu de cette centrale.

  • Visite du jeudi 5 avril 2017 : VISITE DU BÂTIMENT SOLAR XXI

Le groupe a enfin visité le bâtiment SOLAR XXI, dit « zéro énergie », construit en 2006, situé sur le campus du LNEG (Laboratoire National d’Energie et de Géologie).

Le SOLAR XXI est un bâtiment expérimental et de démonstration de l’efficacité énergétique et d’application d’énergies renouvelables. Il a été conçu pour être un bâtiment pédagogique afin de tester de nouvelles technologies bioclimatiques et passives.

Perspective du bâtiment SOLAR XXI.

Lors de la visite, Laura Aelenei, ingénieure collaboratrice au laboratoire, a  expliqué que Solar XXI tire avantage des ressources naturelles telles que le vent et le soleil. En effet, ce bâtiment de bureaux a été conçu avec des panneaux solaires photovoltaïques intégrés (puissance installée de 12 kWél sur la façade sud du bâtiment et de 6 kWél au niveau du parking), une ventilation naturelle avec ouvrants manuels et sans climatisation. Ainsi, deux stratégies ont été mises en place : une stratégie d’été en évitant le recours à la climatisation et une stratégie hiver en limitant les besoins de chauffage. L’ensemble des systèmes adoptés sont régulés via un système adapté.

Schéma de principe sur les stratégies printemps/hiver.

Les consommations du Solar XXI sont suivies au jour le jour, en parallèle des performances des panneaux solaires. Ce bâtiment pédagogique est parfaitement intégré dans son environnement et fournit à ses usagers un confort optimal. Il est un modèle de conception architecturale et d’ingénierie.

CREDIT PHOTOS: Imane EL HADRI, Marion TAUPIN, Matthieu EGG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par un *