28
novembre
Par

L’une est architecte, l’autre est ingénieure, toutes les deux sont double diplômées architecte et ingénieure climatique de l’INSA Strasbourg. Elles ont étudié ensemble pendant 6 ans, et se retrouvent parfois aujourd’hui sur des projets communs. L’architecture éco-compatible est une valeur commune. 

Leur histoire inspirerait sans doute le cinéaste David Lynch qui affectionne les doubles féminins… Leur parcours est similaire, et leur métier, complémentaire. Autre point commun, chacune débute sa carrière professionnelle en CDI dans l’agence et le bureau qui les ont accueillies en stage de fin d’études de leur diplôme en génie climatique et énergétique (GCE).

Un attrait pour la rénovation passive

A 27 ans, Anne-Claire Stiel est ingénieure climaticienne dans le bureau d’études Solaresbauen, dont l’antenne française a été fondée et est gérée par un diplômé GCE de l’INSA Strasbourg (promotion 2005). C’est l’un des plus importants bureaux spécialisés dans les études thermiques et les fluides pour le bâtiment à Strasbourg. Anne-Claire les a contactés pour son projet de fin d’études (PFE), car ils jouissent d’une bonne renommée en matière d’environnement, rénovation et énergie passive.

En binôme ou trinôme, sous la responsabilité d’un chef de projet, Anne-Claire réalise les études (conception, dimensionnement, description) concernant la thermique, le chauffage, la ventilation, la plomberie, les sanitaires, l’assainissement… « On essaie d’aller plus loin que la RT 2012 (réglementation thermique), de recourir aux matériaux biosourcés. Nous répondons aux appels d’offres pour la construction passive de la Région » développe-t-elle. Habituellement, ils répondent aux concours architecturaux en groupement avec un architecte et un bureau d’études structure. Par exemple, l’agence d’architecture Nunc, où travaille justement sa  camarade Anne…

« A l’agence, l’architecte suit le projet de sa conception au chantier »

A 27 ans également, Anne Hoellinger est architecte chez Nunc, l’agence fondée et co-gérée par Louis Piccon, directeur du département architecture de l’INSA Strasbourg. Elle aussi a proposé sa candidature, car l’agence développait un mini-bureau d’études thermiques en interne. Son PFE a consisté en la réalisation d’une étude sur l’énergie grise du bâtiment tout au long de son cycle de vie, en analysant l’impact que peuvent avoir des choix architecturaux et techniques.

« L’ambiance est très bonne, les trois gérants sont très pédagogues, et je trouve leur façon de travailler très chouette : l’architecte suit le dossier de sa conception au chantier, c’est très instructif et gratifiant. Le métier me plaît beaucoup, c’est très varié, je ne fais jamais la même chose, j’apprends beaucoup ». La difficulté qu’elle ressent, sans doute liée à sa jeune expérience, est la prise de décision : « Beaucoup de choses reposent sur les épaules de l’architecte. Il doit faire la synthèse des études de tous les intervenants ».

Anne-Claire a le même sentiment : la diversité. « Chaque bâtiment est unique, on rencontre à chaque fois des problématiques différentes. J’assiste aux réunions avec les architectes. J’apprends tous les jours, c’est très enrichissant. Pour l’instant, je n’ai pas forcément envie de retourner vers le métier d’architecte. ». Elle veut continuer dans ce bureau d’études où elle s’épanouit, et acquérir de l’expérience pour peut-être devenir chef de projet.

Camarades devenues collaboratrices

Anne-Claire et Anne se connaissent très bien, puisqu’elles ont étudié ensemble pendant les quatre années d’architecture et les deux années en génie climatique et énergétiqueToutes les deux ont choisi l’INSA Strasbourg pour suivre une formation d’architecte plus technique que dans les autres écoles. Le double diplôme était un choix naturel, presque une évidence. Chacune a également suivi un semestre de leur quatrième année d’architecture dans une université étrangère, avec Erasmus, Anne au KIT à Karlsruhe et Anne-Claire à Vienne.

« Les études d’architecture ont été assez denses et exigeantes, mais c’est une super formation qui apprend à mûrir, à se débrouiller, à ne pas avoir peur du travail, à se poser des questions et à refaire jusqu’à obtenir le meilleur dossier » estime Anne.

Elles collaborent aujourd’hui sur des projets communs : par exemple sur un projet de réhabilitation d’une ancienne halle ferroviaire en un centre culturel à Morteau.

Un atout « pour toute la vie »

Aujourd’hui, Anne-Claire intervient à l’INSA Strasbourg comme chargée d’enseignement pour suivre des projets d’étudiants. Toutes les deux recommandent le double diplôme aux étudiants : «  C’est l’occasion d’avoir deux vrais diplômes. Si on hésite, on peut chercher un travail dans les deux domaines. » « Ça ne demande que qu’une ou deux années1 supplémentaires et c’est un apport et un atout pour toute la vie ».

1 Le double parcours architecte ingénieur s’effectue en 6 ans à l’issue desquels l’étudiant obtient son diplôme d’architecte ou d’ingénieur et un bachelor en architecture et ingénierie. Le double diplôme s’obtient à l’issue de 7 ans d’études post-bac.

Stéphanie Robert

Anne-Claire à gauche, et Anne à droite

Crédit photo :  Anne-Claire Stiel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par un *